L’Europe est connue de tous comme le continent artistique par excellence, continent où l’art est très développé, et ce depuis des siècles. Mais certains pays en particulier se démarquent davantage par les talents artistiques hors pair dont ils regorgent. C’est le cas du Portugal connu pour ses talentueux artistes qui ont marqué l’histoire. De l’antiquité à l’époque moderne en passant par le moyen-âge, on dénombre par centaine, le nombre d’artistes portugais. Toutefois, parmi ceux-ci se trouvent des ténors qu’il convient de présenter. Découvrez alors ici la liste des 10 plus grands artistes portugais.

 

Jorge Afonso

Né en 1470 et décédé en 1540, Jorge Afonso était l’un des meilleurs peintres de l’histoire des arts portugais. Partisan influent du mouvement artistique de la renaissance au Portugal, il entama sa carrière vers 1504. Son style de peinture et sa dextérité dans l’art lui ont valu sa reconnaissance par le roi Manuel 1er qui lui a conféré le titre de peintre royal en 1508. Ce titre incluait les charges de contrôleur et d’administrateur de toutes les entreprises de peinture royales. Convaincu de son talent hors du commun, le roi Jean III à son arrivée a confirmé cette nomination. Son atelier est situé à Lisbonne, près de l’église de Sao Domingos où toute une génération d’excellents peintres portugais comme Garcia Fernandes, Gregorio Lopes et Jorge Leal a été formée. La reine Leonor, veuve du roi Jean II et sœur de Manuel 1er a commandé les principaux retables peints par Jorge Afonso dont le retable principal du couvent de Madre de Deus à Lisbonne en 1515. Selon les informations reçues, on lui doit également les 14 panneaux du retable principal du monastère de Jésus à Setubal. Plusieurs de ces œuvres sont aujourd’hui exposées au Musée National d’Art Ancien de Lisbonne.

 

Mario Cesariny

Mario Cesariny, né le 9 août 1923 et décédé le 26 novembre 2006 à l’âge de 83 ans était un célèbre peintre et poète portugais. À la suite de ses études dans la prestigieuse école d’arts décoratifs d’Arroio Antonio, il devient un grand peintre. Grâce à une bourse, il intégra l’Académie de la Grande Chaumière en France où il rencontrera André Breton en 1947. Aux côtés de ce dernier, il découvrit le mouvement surréaliste français. De retour au Portugal la même année et submergé par les idées du surréalisme français, il y fonda le même mouvement dont il est considéré comme le père, avec le soutien et la participation d’autres peintres dont Antonio Maria Lisboa. Son talent devenu incontestable, il reçut plusieurs décorations, dont la Grande Croix de l’ordre de Liberté Portugais décerné par le président de la république d’alors, Jorge Sampaio. Il est l’auteur de grandes œuvres comme :

  • Peine capitale créée en 1957 ;
  • Corps visible en 1950 ;
  • Titania en 1994 ;
  • Noble vision en 1959 ;
  • L’âme et le monde en 1997 ;
  • Les mains dans la tête de l’eau en mer en 1972 et ;
  • Printemps Automne des Routes en 1980.

 

Amadeo de Souza- Cardoso

Eduardo Mota digitalizou « Le Saut du Lapin » de Amadeo de Souza-Cardoso

Considéré comme le précurseur de l’art moderne, Amadeo de Souza-Cardoso est un peintre portugais exceptionnel. Né le 14 novembre 1887 à Amarante au Portugal, il entama timidement sa carrière d’artiste peintre en 1905. Le talent ne se cachant guère, il fut accepté à l’Académie des beaux-arts de Lisbonne. Insatisfait, il se rendit en France pour continuer ses études artistiques. Imprégné par les grands courants artistiques de l’époque comme l’impressionnisme, l’expressionnisme, le cubisme et le futurisme, il refusa pourtant d’adhérer entièrement à l’un de ces courants, préconisant à son tour un art qui lui est propre, un art regroupant tradition et modernité. À Paris, il fait la connaissance d’autres artistes comme Amedeo Modigliani, Constantin Brancusi, Alexander Archipenko, Juan Gris et Robert Delaunay, ce qui lui a permis de se forger une prestigieuse réputation aussi bien en France que dans son propre pays le Portugal. On lui doit quelques célèbres tableaux dont :

  • Le Saut du Lapin de 1911 exposé à l’institut d’art de Chicago ;
  • Cabeça de 1913 ;
  • Entrada de 1917 exposé au Musée Calouste-Gulbenkian de Lisbonne et ;
  • Dom Quixote de 1913.

Il meurt le 25 octobre 1918 à Espinho des suites de la grippe espagnole.

 

Maria Helena Vieira da Silva

Née le 13 juin 1908 à Lisbonne, Maria Helena Vieira da Silva s’est très vite initiée à l’art grâce à son grand-père qui était alors fondateur du journal lisboète O Século. Elle débute ses études à Lisbonne, mais partit ensuite en France pour continuer à l’Académie La Grande Chaumière où elle eut pour maitre le sculpteur Antoine Bourdelle. Grâce à son style particulier, elle est très vite vue comme l’un des ténors du mouvement esthétique dit du paysagisme abstrait. Les lieux de passage comme les ports, les rues, les gars et portes constituaient en majeur partie l’objet de ses œuvres. Son travail remarquable et aimé de tous lui a valu le grand prix national des arts du gouvernement français en 1966 ; elle était la première femme à recevoir ce prestigieux prix ainsi que plusieurs autres distinctions non moins importantes. Elle décède en France en 1992.

Alfredo Keil

Compositeur, peintre, poète, archéologue et collectionneur d’art portugais, Alfredo Keil était un éminent artiste portugais. Connu pour ses grands tableaux dont Dans le quai du Tejo de 1881 et Lecture d’une lettre de 1874, il est le compositeur de l’hymne national du Portugal. Il reçut par ailleurs la décoration de l’Ordre de Carlos II d’Espagne. Il peignait essentiellement les paysages et les intérieurs exquis et ses œuvres étaient aussi bien appréciées par l’aristocratie que par le grand public, ce qui lui a permis de se forger une grande réputation.

 

José Julio de Sousa Pinto

Né le 15 septembre 1856 à Angra do Heroismo au Portugal et décédé le 14 avril 1939 à Pont-Scoff en Bretagne, José Julio de Souza Pinto est un célèbre peintre portugais. Inscrit à l’académie des Beaux-arts de Porto, il décrocha une bourse pour la France où il devient élève d’Alexandre Cabanel. Sa carrière connut un grand élan grâce à ses représentations des paysans bretons et portugais. Il est l’auteur de :

  • Le Braconnier de 1895 ;
  • Neuily ;
  • Barco desaparecido cers 1890 et ;
  • Interior de Laboratorio.

Il a été par ailleurs fait officier de la Légion d’honneur.

 

José Malhoa

Peintre portugais particulièrement talentueux, José Malhoa s’est très tôt initié à la peinture en intégrant l’école des Beaux-arts de Lisbonne à l’âge de 12 ans. Né le 28 avril 1855 et décédé le 26 octobre 1933, il est naturaliste et ses œuvres rencontrent très vite un franc succès ; ce qui fera de lui un peintre célèbre et respecté. La décoration de plusieurs bâtiments officiels, dont le plafond du musée de l’artillerie de Lisbonne, lui a été confiée. Pour lui rendre hommage, un musée a été entièrement bâti en son nom dans sa ville natale de Caldas da Rainha. On lui doit quelques célèbres tableaux comme :

  • Fado ;
  • Maïs au soleil ;
  • Praia das Macas et
  • L’atelier de l’artiste.

 

Eduardo Afonso Viana

Né le 28 novembre 1881, Eduardo Afonso Viana est un peintre portugais de renom. Élève de l’Académie des Beaux-arts de Lisbonne, il est l’un des ténors du modernisme portugais. Ses œuvres ne reflètent pas fidèlement ce qu’il voit, car il préfère matérialiser des équivalents picturaux. Ce style de peinture lui a valu plusieurs distinctions, dont le grand prix de peinture à la première exposition des arts plastiques de la Fondation Calouste Gulbenkian en 1957 et le prix national pour l’art en 1965. Il est proche d’autres grands peintres comme Amadeo de Souza-Cardoso et les Delaunay. Parmi ces plus grandes œuvres, on peut citer :

  • Louça de Barcelos en 1915 ;
  • À revolta das bonecas en 1916 ;
  • K4 Quadrado en 1916 et ;
  • Pousada de Ciganos en 1923.

 

Veloso Salgado

José Maria Veloso Salgado est un peintre diplômé de l’école des Beaux-arts de Lisbonne. Son talent et sa passion pour la peinture lui ont permis d’entrer à l’école des Beaux-arts de Paris où il devient élève de Jules-Élie Delaunay, d’Alexandre Cabanel et Joseph Benjamin-Constant. Il reçut plusieurs distinctions dont la médaille d’or à Rio de Janeiro et à San Francisco et la médaille d’or de la Société Nationale des Beaux-arts de Lisbonne. Rua de Leça est l’une de ses plus grandes œuvres. Elle est exposée au musée José Malhoa. Né le 18 avril 1864, il décéda le 22 juillet 1945.

 

Nadir Afonso

Né le 4 décembre 1920 et décédé le 11 décembre 2013, Nadir Afonso était un grand peintre portugais. Abstractionniste géométrique, il devient l’un des précurseurs de l’art cinétique. Les séries Cities sont l’une de ses œuvres les plus connues. Au fil du temps, il est passé maitre dans son art, ce qui a valu une reconnaissance internationale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here